Airs et grâce

Un concert de Camerata Nouveau-Brunswick. La chef invitée Geneviève Leclair et le bassoniste Patrick Bolduc vous présentent des grands classiques pour petit orchestre.

Haydn: Symphonie no.45 en fa# mineur, “les Adieux”
Mozart: Concerto pour basson en Sib Majeur
Resphigi: Airs anciens et danses, Suite no.3
José Evangelista: Airs d’Espagne

4 octobre 2019 19h30
Woodstock: Woodstock Baptist Church

5 octobre 2019, 14h00
Dieppe: Cultural Centre

5 octobre 2019, 19h30
Shediac,Église catholique Saint-Joseph

6 octobre 2019, 14h30
Rothesay: Our Lady of Perpetual Help

Program Notes

La Symphonie no. 45 de Haydn, également connue sous le nom de Symphonie «Farewell», a été créée en 1772 au palais du prince Nikolaus Esterhazy à Eszterhaza, en Hongrie. Lors de la première interprétation, les musiciens ont suivi les indications de Haydn lors du dernier mouvement, leur demandant de quitter la scène un par un en éteignant leurs bougies, jusqu’à ce qu’il ne reste plus que deux violons. Des indications de ce genre étaient rares à l’époque, mais Haydn a adhéré à cette technique pour transmettre un message important à son mécène. Après une saison d’été extrêmement longue, Haydn et ses musiciens attendaient depuis longtemps de retourner chez eux dans leur famille. Cependant, le Prince leur avait demandé de rester plus longtemps pour interpréter une nouvelle symphonie. Haydn a composé la symphonie «Farewell» dans le but d’indiquer au prince qu’il était temps de laisser les musiciens rentrer chez eux. L’idée intelligente de Haydn a fonctionné. Le lendemain, le Prince fit ses adieux à ses musiciens et leur permit de rentrer chez eux.

Le Concerto pour basson solo en si bémol est le seul concerto pour basson de Mozart. Même si le basson n’était pas un instrument solo commun à l’époque de Mozart, la matière thématique principale de ce concerto a été soigneusement conçue pour l’instrument, mettant en valeur ses qualités uniques et masquant ses limites en puissance et en gamme.

Le style de José Evangelista se définit par l’influence de ses origines espagnoles, du gamelan balinais, de la musique modale et de l’avant-garde occidentale. Spanish Airs est composé de quinze courts mouvements pour orchestre à cordes basés sur des mélodies folkloriques
espagnoles.

de Geneviève Leclair

Ce programme est un petit bijou en soi et je suis très enthousiaste à l’idée de le diriger. J’ai hâte de travailler avec les membres de l’orchestre et de partager cette expérience avec les diverses communautés auxquelles appartient l’orchestre. C’est l’essentiel!

La « Symphonie des adieux » est une pièce que j’aime énormément et je suis toujours heureuse de la diriger. Elle présente Haydn, un compositeur qui gagne à être connu, sous son meilleur jour: drôle, spirituel et en pleine possession de son art. Il est souvent dans l’ombre de ses contemporains Mozart et Beethoven, mais c’est vraiment un compositeur à connaître. Il joue souvent avec les attentes de son auditoire, rendant sa musique humoristique et intelligente. Et lorsqu’on regarde de près la conduite des voix, on se rend compte qu’il écrit avec une incroyable attention au détail; comme un artisan qui brode de la dentelle.
Dans cette pièce en particulier, Haydn cherchait à transmettre un message à son employeur dont les serviteurs avaient hâte de quitter les quartiers d’été pour retourner en ville. Haydn a donc écrit une symphonie dans une clé si étrange qu’il a dû commander des tubes spéciaux pour que les cors puissent la jouer. Il a aussi ajouté un mouvement à la toute fin, au cours duquel les musiciens quittent la scène un par un, ne laissant que deux violons… « Il est temps que ça finisse! »

Le « Concerto pour basson » de Mozart est sans doute le premier concerto pour bois écrit par le compositeur, qui n’avait que 18 ans à l’époque. IL met en vedette le timbre chaleureux et l’incroyable agilité et versatilité de cet instrument. C’est un incontournable du répertoire de basson et j’ai hâte d’accompagner Patrick Bolduc dans cette oeuvre.

Respighi est surtout connu pour ses oeuvres massives, dont la trilogie de Rome, mais ses oeuvres aux orchestrations plus contenues gagnent à être explorées. « Danses et airs antiques » sont trois suites écrites par le compositeur- chef d’orchestre- musicologue sur des airs de la fin du 16e siècle. La troisième suite, qui est au programme de ce concert, est écrite pour orchestre à cordes et démontre le profond amour de Respighi pour la musique de la fin de la Renaissance. Écouter cette pièce donne l’impression de regarder la musique de la Renaissance au travers d’un kaleidoscope du 20e siècle.

José Evangelista est un compositeur canadien d’origine espagnole basé à Montréal. Son style est défini par ses origines espagnoles, le gamelan balinais, la musique modale et l’avant-garde européenne. Ses mélodies sont puissantes, ce qui rend son oeuvre accessible à l’auditeur. « Airs d’Espagne » est composée de quinze courts mouvements pour orchestre à cordes basés sur des mélodies espagnoles. C’est un merveilleux complément à la pièce de Respighi qui transporte immédiatement l’auditoire sous des cieux chauds et ensoleillés. Je défie les spectateurs de ne pas se rendre à la maison en dansant après avoir entendu cette oeuvre!

S’il vous plaît noter les dates et heures correctes! 14h Dieppe et 19h30 Shediac