Retour au bercail

Le renommé pianiste Philip Thomson revient au NB pour un concert comprenant le concerto pour piano de Schostakovitch et le Quatrième symphonie de Mendelssohn. Soloiste Philip Thomson, piano avec Maestro Michael Newnham.

14 mai 2018
Moncton: Théâtre Capitol

15 mai 2018
Fredericton: The Playhouse

16 mai 2018
Saint John: Théâtre Impérial

Les concerts de la série Bravo sont précédés d’une causerie pré-concert à 18h30. Les concerts débutent à 19h30.

Nouveau-Brunswick – Pour sa finale de saison, Symphonie Nouveau-Brunswick accueille le retour triomphal du pianiste natif de Saint-Jean, Philip Thomson. Du sarcasme du Concerto pour piano n ° 2 de Chostakovitch en Fa majeure, à l’exubérance de la Symphonie no. 4 de Mendelssohn, ce programme englobe une vaste gamme d’émotions. Le concert comprendra également une pièce pour cordes écrite par Janis Kalnins, compositrice Néo-Brunswickoise, et sera dirigé par le chef d’orchestre principal Micheal Newnham.

 

Il n’y a aucun doute que Chostakovitch était un compositeur de quintessence russe. On peut entendre les influences de toutes les figures principales de la musique russe dans son travail, notamment Tchaikovsky, Mussorgsky, et Rachmaninoff. Cependant, dans le domaine du concerto, en particulier dans ce Concerto pour piano n ° 2, Chostakovitch tendait à se déplacer aussi loin que possible des modèles russes. En comparaison aux concertos de piano Rachmaninoff et Tchaikovsky, il semble insaisissable de penser que le concerto de Chostakovitch appartient au même genre. Cette pièce de Chostakovich est fine dans son orchestration, utilisant rarement le spectre complet de son que nous entendons souvent dans ses Symphonies. Chostakovich juxtapose la jouissance et la joie avec des sections stridentes et dissonantes, soulignant son affinité pour l’humour sec et le sarcasme dans sa musique.

 

Philip Thomson sera le pianiste qui interprètera ce concerto séreux. Originaire de Saint John, il a étudié à l’Université de Toronto et à l’école Juilliard. Présentement professeur au sein de la faculté de piano de l’École de Musique de l’Université d’Akron, il est connu internationalement comme pianiste, artiste enregistreur avec Naxos et chercheur. Outre sa concertation canadienne côtière, Thomson a également joué aux États-Unis, en Angleterre, en Irlande, en Belgique, en France, aux Pays-Bas, en Autriche, en Hongrie, en Italie et en Chine.

 

Aussi sur le programme sera la Symphonie No 4 de Mendelssohn, également appelée «Italienne». Elle a été écrite lorsque Mendelssohn n’avait que 21 ans, après avoir reçu l’encouragement de ses parents de voir et à apprendre du monde entier afin de devenir un adulte bien équilibré. Mendelssohn s’est donc engagé à « examiner de près les différents pays.” Il a fait ses tournées de Venise, de Rome, de Naples et de Milan. Pendant son séjour, il a composé cette Symphonie, et Mendelssohn écrit à sa soeur: « Ce sera la pièce la plus jolie que j’ai jamais écrite, surtout le dernier mouvement ». C’est un travail épanouie et joyeux qui reflète «le plus beau moment de l’année en Italie».

 

Ce concert sera un excellent moyen mettre la saison à sa fin, avec amplement de musique joyeuse pour célébrer l’arrivée de la saison estivale.